Cluster-17

CLUSTER17

Sondage pour Le Point : Quels sont les goûts culinaires des Français ?

Les Français toujours attachés à leur gastronomie

Les Français sont-ils chauvins lorsqu’on parle de cuisine et de gastronomie ? Sans aucun doute. Notre enquête pour Le Point révèle toutefois une disparité des opinions selon l’âge et l’appartenance idéologique des sondés.

Une large majorité – 69% des sondés – estiment que la cuisine française est « la meilleure du monde ». La cuisine italienne est quant à elle plébiscitée par 13% des Français, notamment les plus jeunes.

80% des électeurs d’Emmanuel Macron, de Marine Le Pen, de Valérie Pécresse et Eric Zemmour estiment que la cuisine française est meilleure que les autres. A l’inverse, « seulement » la moitié des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot placent la gastronomie française au sommet du classement. Les clusters Multiculturalistes et Progressistes, plus jeunes que la moyenne, sont sans surprise, les moins « chauvins » sur la question culinaire. Leur attrait pour une citoyenneté ouverte et métissée s’exprime ainsi ici : ils plébiscitent autant, voire plus en ce qui concerne les Progressistes, la cuisine du monde que la cuisine française.

Un clivage qui semble se renforcer selon l’âge : les jeunes semblent plus enclins à diversifier leurs goûts et leurs approches : 48% des 18-24 ans estiment que la gastronomie française est la meilleure du monde, soit 20 points de moins que la moyenne des sondés.

Aussi, nous retrouvons ces différence d’approche à propos du « repas idéal » des Français. Pour 60% des Français, le dîner de rêve est « un plat issu de la cuisine traditionnelle française », quand 15% salivent davantage sur un restaurant gastronomique et 10% sur un restaurant proposant des spécialités étrangères. 73% des électeurs de Marine Le Pen plébiscitent la cuisine traditionnelle française contre un électeur sur deux de Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

Conséquence peut-être d’un effet saisonnier, les Français optent à 16% pour un plateau de fruits de mer dans notre liste de plats proposés, 15% pour un bœuf bourguignon, 11% pour le magret de canard et 10% pour le traditionnel poulet / frites. Notons que le plateau de fruits de mer est bien plus apprécié par les Français les plus âgés que par les plus jeunes : 30% des plus de 75 ans l’ont cité en premier contre 1% des 18-24 ans. Ces derniers se démarquent à nouveau par un attrait prononcé en faveur d’une gastronomie plus internationale : ils sont ainsi, les plus nombreux – 14% – à citer les sushis comme étant leur plat préféré.

Par ailleurs, nous avons demandé aux Français leur fromage préféré. Le comté arrivé en tête avec 24% des sondés qui le placent en tête, devant l’emblématique camembert, 18%. Les moins de 25 ans se distinguent à nouveau par des goûts plus éclectiques : 25% d’entre eux préfèrent ainsi le parmesan ou la burrata, deux fromages venus d’Italie.

Enfin, symbolique du désintérêt et du rejet politique croissant, les Français ne semblent pas enclins à partager leur tablée avec le personnel politique. Malgré une liste exhaustive proposée, 34% des sondés disent ne vouloir manger avec aucune de ces personnalités. Un désintérêt qui s’exprime deux fois plus chez les femmes que chez les hommes. 23% des hommes n’expriment aucune préférence politique contre 44% des femmes. Toutefois un podium se détache : Jean Lassalle arrive en tête avec 9% de Français qui souhaiteraient partager un repas avec lui, dont 15% des hommes. Son image de « bon vivant » semble bien ancrée dans l’opinion et appréciée par celle-ci. Le Président de la République est deuxième avec 8% des sondés, principalement au sein de son électorat, qui voudraient partager un moment avec lui. Enfin, François Ruffin est troisième, avec 8% également.

Baromètre des personnalités n°14 : Marine Le Pen distance la concurrence

Chaque mois, Cluster17 publie son baromètre de popularité des personnalités politiques. Pour organiser notre classement, nous plaçons en tête la personnalité qui obtient le plus de « soutien » politique. Cela nous semble plus prédictif du potentiel électoral d’une personnalité ; la « sympathie » étant un élément subjectif moins discriminant, favorisant des figures plus « consensuelles » et, pour cette raison, moins explicatif des comportements électoraux.

Ce mois-ci Marine Le Pen progresse nettement de 4 points, retrouvant le niveau de soutien dont elle disposait à l’issue de la Présidentielle. Son dauphin potentiel, Jordan Bardella, se hisse à la 3eme place du classement avec une progression importante de 3 points.

Jean-Luc Mélenchon, stable, conserve la 2eme place du classement. Comme pour Marine Le Pen, il dispose d’un dauphin solide en la personne de François Ruffin, bien placé avec 13% de soutien à la 4eme place.

Le Président de la République semble quant à lui avoir enrayé sa chute, mais avec 11% de soutien politique, il dispose d’un maigre capital qui le place 5eme de notre classement. Par ailleurs, le niveau de rejet éprouvé par les Français envers sa personne demeure extrêmement élevé, à 66%.

Sondage pour Le Point : Intentions de vote aux élections Européennes

Elections européennes : trois « blocs » politiques au coude-à-coude

En cas de candidature NUPES, la gauche arriverait en tête avec 27% des intentions de vote devant le RN à 25% et la majorité présidentielle, 23%.

La NUPES fédérerait un électorat assez similaire à celui des législatives de juin 2022, s’appuyant d’abord très largement sur les segments de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon mais également sur une partie de l’électorat plus modéré appartenant aux clusters Sociaux-Démocrates et Progressistes.

En cas de division, le total des voix de la gauche serait supérieur et passerait à 35%. Dans cette hypothèse, le RN reste stable à 24% tandis que la majorité présidentielle perdrait quant à elle des voix et chuterait à 19,5%.

Cela s’explique par la dispersion d’une partie de l’électorat de gauche modérée qui en cas de candidature NUPES unie, se tournerait vers la liste soutenue par la majorité présidentielle. Dans un scénario de gauche divisée, cet électorat se disperserait entre toutes les nuances de gauche. C’est ainsi que les rapports de force à gauche sont resserrés, avec LFI et EELV qui sont estimés à 11%, le PS à 9% et le PCF à 4%.

Le Rassemblement National n’est quant à lui soumis à aucune variation en fonction des scénarios de campagne. Son électorat est stable et s’est renforcé ces derniers mois. Notons que le rapport de force à l’extrême droite est également très stable : une candidature Reconquête portée par Éric Zemmour et Marion Maréchal réaliserait un score assez semblable à celui de la présidentielle, autour de 7% des suffrages, emportant l’adhésion principalement du cluster Identitaire, le plus radical sur les questions migratoires et sécuritaires.

Enfin, Les Républicains résistent, entre 7,5% et 8,5% des voix selon les scénarios. Une partie importante du cluster des Libéraux, qui constitue le cœur historique de son électorat, se tournerait vers la liste LR, au détriment de la majorité présidentielle qui avait su activer le « vote utile » lors de la présidentielle pour arrimer une majorité de ce cluster à la candidature d’Emmanuel Macron.

La majorité présidentielle semble relativement fragilisée par la séquence « retraites ». Son socle s’effrite sans s’effondrer et semble se recentrer sur les clusters les plus modérés et les plus dépolitisés. Son aile gauche comme son aile droite pourraient profiter de cette élection pour revenir à des votes « de cœur » plus que « de raison » et marquer ainsi son désaccord avec la politique du Président de la République.

impot

Sondage pour Le Point : Les Français en attente d’un « en même temps » en matière fiscale

Les Français dans l’attente d’un « en même temps » fiscal

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé vouloir baisser les impôts des « classes moyennes » qui gagnent « entre 1500 et 2500 euros par mois », nous avons voulu sonder le rapport des Français au système fiscal. Trois quarts des sondés le trouvent « injuste », dont un quart estime même qu’il est « tout à fait injuste ». Ce sentiment est majoritaire dans l’ensemble des clusters. Pour des raisons différentes, le système d’imposition français semble entraîner défiance, insatisfaction, incompréhension. C’est au sein des électorats les plus « rupturistes » et antisystèmes que ce sentiment d’injustice est le plus diffus. On retrouve ici « l’arc contestataire » des clusters proches des gilets jaunes qui va des Solidaires et Multiculturalistes jusqu’aux groupes plus proches du RN : Réfractaires et Sociaux-Patriotes. Plus de 80% des électeurs de Marine Le Pen et de Jean-Luc Mélenchon trouvent ainsi le système fiscal « injuste ».
Toutefois, les raisons de cette défiance fiscale sont diverses et s’inscrivent dans des sensibilités idéologiques. Ainsi, les Français sont partagés sur un point : 53% d’entre eux estiment qu’ils payent « trop » d’impôts quand 43% estiment payer « juste ce qu’il faut ». La dimension idéologique de la question se révèle dans le fait que les électeurs de gauche partagent majoritairement le sentiment de payer leur juste part quand les électeurs de droite et du Rassemblement National sont plus enclins à se dire « trop taxés ».
Notons que le sentiment de payer « trop » progresse logiquement en fonction du niveau de revenus des répondants. Et notamment à partir des Français déclarant gagner plus de 1750 euros. Les Français ayant des revenus situés entre 1100€ et 1750€ sont en moyenne 45% à estimer payer trop d’impôts quand ceux gagnant entre 1750€ et 2500€ sont 58% à penser qu’ils payent trop.
Le ciblage opéré par Emmanuel Macron semble donc pertinent et s’adresse aux Français qui s’estiment particulièrement lésés.
Ce choix de « baisser les impôts des classes moyennes » est par ailleurs plébiscité par un tiers des sondés dans notre enquête. Cependant, une majorité de Français semblent souhaiter « en même temps » une hausse de l’imposition des plus riches. Ainsi 40% des sondés estiment qu’il faut augmenter les impôts des plus fortunés. Ce sont les deux mesures fiscales plébiscitées dans notre enquête. Si les électeurs de gauche sont naturellement les plus favorables à cette hausse d’impôts des plus aisés, ce souhait est partagé par un tiers de l’électorat de Marine Le Pen et 22% des électeurs d’Emmanuel Macron.
En somme, ce que semble réclamer une majorité de Français, c’est une progressivité de l’impôt plus importante qui prélèverait moins « les classes moyennes », c’est-à-dire la part importante des Français qui gagnent entre 1500 et 2500 euros par mois, mais qui prélèverait davantage les plus aisés.
Un relatif consensus se dégage dans l’opinion pour définir le « seuil de la richesse ». Les Français interrogés le placent en moyenne à 6180€ de revenus mensuels. Les clusters les plus populaires le placent à un niveau plus proche de 5500€ mais les écarts sont faibles entre clusters, démontrant qu’il existe un large consensus sur qui peut être considéré comme « riche » dans notre pays.

mixite-sociale

Sondage pour Le Point : La mixité sociale à l’école n’emballe pas les Français

Un tiers des Français favorables à ce que l’Etat intervienne en faveur de la mixité dans les écoles

A propos de la qualité de l’enseignement, l’école publique fait face à une forme de doute dans l’opinion. 19% des sondés disent lui faire plus confiance qu’au privé, tandis que 36% estiment à l’inverse faire davantage confiance au privé pour la qualité de l’enseignement qui y est diffusée. 27% font confiance aux deux, et un Français sur dix n’a pas confiance dans l’école qu’elle soit privée ou publique.

Logiquement, ce sont les publics de gauche qui disent avoir le plus confiance dans l’école publique. Ainsi le cluster Multiculturaliste qui est un groupe de gauche culturelle radicale, composée de nombreux enseignants, est celui qui accorde le plus sa confiance à l’école publique, à 61%.

Toutefois, y compris à gauche, les positionnements sont nuancés, et on ne décèle pas de ressentiment « anti-privé », bien au contraire. Les groupes de gauche modérée, plus aisés et diplômés que la moyenne, sont parmi ceux qui disent le plus faire confiance à la fois au privé et au public.

Les groupes populaires Réfractaires et Sociaux-Patriotes proches du RN font quant à eux bien plus confiance au privé, quasiment dans les mêmes proportions que les groupes élitaires de droite traditionnelle.

La question du financement public des écoles privées reste particulièrement clivante : 42% des Français sont favorables à la suppression de ces financements de l’Etat alloués aux écoles privées pour assurer leur fonctionnement, alors que 49% sont contre leur suppression. L’électorat le plus favorable à la suppression des subventions publiques est celui de Jean-Luc Mélenchon, et des trois clusters qui lui sont le plus favorables : les Multiculturalistes, les Solidaires et les Révoltés. On décèle ici la tradition politique de la gauche jacobine et socialiste en faveur d’une grande école publique, égalitaire et hostile au privé, qui perdure ainsi au sein d’une fraction de l’électorat de gauche.

En dehors de cet électorat, les positionnements des Français sont bien plus partagés, de telle sorte qu’il n’y a que très peu de segments de l’opinion au sein desquels la suppression des subventions publiques est majoritaire.

Enfin, seul un tiers des Français interrogés se positionnent en faveur d’une loi qui viserait à imposer une plus grande mixité sociale dans les établissements scolaires. Il n’y a qu’au sein des clusters Solidaires, Progressistes et Multiculturalistes, donc dans des groupes bien ancrés à gauche, que cette mesure est majoritaire. Plus de la moitié des Français estime à l’inverse qu’il faut laisser aux écoles privées le libre choix de leurs élèves comme c’est le cas actuellement. Un Français sur six n’a pas d’opinion sur le sujet.

En faisant preuve de volontarisme sur la question de la mixité sociale, le Ministre de l’Education prend donc le risque de cliver l’électorat du Président de la République. Seule la fraction de gauche de cet électorat présidentiel, et encore pas de façon unanime loin de là, pourrait être séduit par des actions contraignantes en faveur de plus de mixité.

Plus globalement, ce qui ressort de cette étude, c’est combien l’image de l’école publique est en train de se détériorer aux yeux d’une partie de la population. Rendre l’école publique de nouveau attractive, en particulier par rapport au privé, est un chantier prioritaire si les pouvoirs publics veulent éviter le développement toujours plus évident d’un système scolaire à deux vitesses.

Sondage pour Le Point : La route est encore longue pour Laurent Wauquiez

La route est encore longue pour Laurent Wauquiez

  • Le premier enseignement de notre enquête est l’attente éprouvée par les électeurs de droite de la refondation d’une grande organisation incarnant cet espace politique et prête à gagner et à gouverner. Ainsi, 49% des Français espèrent le retour d’un grand parti de droite, type RPR ou UMP. Une attente partagée par 95% des électeurs de Valérie Pécresse et 83% des électeurs d’Éric Zemmour.

Les résultats par clusters permettent de bien comprendre de quoi se composait la coalition sociologique et électorale qui avait permis à Nicolas Sarkozy d’accéder au pouvoir en 2007 et qu’il faut aujourd’hui réunir à nouveau si la droite veut espérer gagner les élections. Cette coalition va d’un cluster modéré pro-Macron comme les Centristes, qui sont 70% à espérer le retour d’un grand parti de droite aux clusters les plus à droite sur le plan des valeurs : les Anti-Assistanat et les Identitaires qui sont 63% et 70% à également souhaiter le retour d’un grand parti de gouvernement. Le cluster phare de la droite traditionnelle, Les Libéraux, sont 84% à se dire favorable à ce projet, de même que 60% des Conservateurs, un cluster plus âgé, plutôt modéré et demandeur de stabilité.

Ce sont ces quatre familles d’électeurs qu’il s’agit de convaincre en premier lieu pour la droite si elle veut espérer retrouver le niveau qui fut le sien jusqu’à l’avènement du macronisme et la montée en puissance du RN.

  • Cependant, la route est encore longue pour Laurent Wauquiez au sein de ces cinq clusters. 35% des Français disent bien le connaître, seuls 4% « très bien » le connaître. Plus décisif, sa notoriété est relativement faible dans l’ensemble des clusters cibles de la droite. Même les plus politisés et diplômés, Les Libéraux ne sont que 39% à bien connaître Laurent Wauquiez. Seul un électeur sur deux de Valérie Pécresse et d’Éric Zemmour disent bien le connaître. Il faut cependant souligner qu’un tel déficit de notoriété n’est qu’un handicap relatif. Car il offre la possibilité de se construire une image et une identité politique susceptible de rencontrer les attentes d’une partie des Français et de satisfaire la demande des segments de l’électorat (clusters) que l’on s’est fixé pour objectif de rassembler. 
  • Les Français identifient plutôt bien le positionnement politique de Laurent Wauquiez. Vu comme un homme de droite par 78% des Français, il est perçu comme étant « très à droite » par les électeurs de gauche et comme « à droite » ou « plutôt à droite » dans l’électorat de droite, signe d’un positionnement plutôt en phase avec son électorat potentiel.
  • Le potentiel de Laurent Wauquiez semble pour l’instant limité. Seuls 23% des sondés « souhaitent que Laurent Wauquiez un joue un rôle plus important dans les années à venir ». C’est au sein des clusters historiques de la droite qu’il est tout de même le plus attendu, avec 45% de moyenne chez les Conservateurs, les Libéraux, les Anti-Assistanat et les Identitaires. Plus d’un électeur sur deux d’Éric Zemmour et de Valérie Pécresse semble également espérer que Laurent Wauquiez s’impose comme l’un des leaders de la droite.
  • Pas encore déclaré, et volontairement en retrait de la vie politique nationale, les chances de victoire de Laurent Wauquiez sont encore faibles dans l’esprit des Français : seuls 16% des sondés estiment qu’il a « une chance de gagner l’élection présidentielle en 2027 ». Rappelons à titre de comparaison que deux tiers des Français estimaient que Marine Le Pen avait une chance de gagner la prochaine présidentielle dans un précédent sondage Cluster17 réalisé pour Le Point.
  • Discret médiatiquement, Laurent Wauquiez doit non seulement monter en notoriété mais aussi améliorer son image et son positionnement pour convaincre plus largement. Un Français sur quatre et un électeur de droite sur deux estiment qu’il a « la stature d’un Président de la République ». Seuls 28% des sondés le trouvent « proche des préoccupations des Français » et 26% l’estiment capable de « mener les réformes nécessaires » pour le pays. Enfin, 38% des Français interrogés le jugent « compétent ». Une qualité qui lui est reconnue par 70% des électeurs de droite, ce qui est loin d’être négligeable.

En outre, le challenge à relever pour Laurent Wauquiez est de trouver les positionnements politiques qui permettront de sortir la Droite de la tenaille Macron-Le Pen et ainsi réunifier un électorat actuellement dispersé entre Renaissance, le RN et les Républicains.

Comme le montre notre question sur le potentiel électoral des principales personnalités politiques, Laurent Wauquiez dispose d’une bonne côte d’estime dans les clusters cibles de la droite traditionnelle mais il apparaît aujourd’hui comme un deuxième voire un troisième choix, distancé par Marine Le Pen, en ce qui concerne la fraction la plus à droite de son électorat potentiel et par Edouard Philippe, sur la frange plus modérée. Pour tenter de réunifier l’électorat de la droite française, la clusterisation indique la marche à suivre : adopter un positionnement fort sur les enjeux identitaires, répondre à la demande d’ordre, s’adresser à la France qui « se lève tôt » et rejette l’assistanat, et enfin, afficher sa compétence et sa capacité à gouverner le pays.

Baromètre de personnalités n°13 : un paysage politique en voie de recomposition ?

Chaque mois, Cluster17 publie son baromètre de popularité des personnalités politiques. Pour organiser notre classement, nous plaçons en tête la personnalité qui obtient le plus de « soutien » politique. Cela nous semble plus prédictif du potentiel électoral d’une personnalité ; la « sympathie » étant un élément subjectif moins discriminant, favorisant des figures plus « consensuelles » et, pour cette raison, moins explicatif des comportements électoraux.

A l’issue de notre baromètre de personnalité du mois d’avril, nous posions la question de savoir si nous assistions à la fin du « macronisme ». La crise politique et sociale engendrée par la réforme des retraites entraîne en effet une érosion importante du socle électoral de la majorité présidentielle. La côte de soutien au Président de la République a chuté quasiment dans l’ensemble des clusters qui formaient sa coalition en avril 2022, des Sociaux-Démocrates aux Conservateurs, en passant par les Centristes. Il reste stable ce mois-ci mais perd tout de même une place et se trouve 5eme de notre classement après en avoir occupé 6 fois la tête depuis avril 2022.

Si le camp présidentiel est affaibli, la base politique des deux autres fractions qui composent la tripartition politique demeurent stables, voire en légère progression.

Ainsi, le niveau de soutien à Marine Le Pen augmente à un niveau qu’elle n’avait pas atteint depuis les lendemains de l’élection présidentielle, à 17%. Celui de Jean-Luc Mélenchon reste également relativement élevé, à 14%.

Enfin, leurs « dauphins » respectifs, François Ruffin et Jordan Bardella, occupent la 3e et 4e place du classement.

Le problème de la majorité présidentielle réside en partie dans l’absence de successeurs potentiels à Emmanuel Macron. Edouard Philippe conserve un bon niveau de sympathie dans notre classement (25%) mais ne dispose plus que de 8% de soutien, affecté lui aussi par l’impopularité de la réforme des retraites dans l’opinion.

Sondage pour Le Point : Un Français sur deux ne croit plus en l’efficacité du vote

De la réforme des retraites au divorce démocratique ?

52% des Français seulement estiment que le vote est le moyen le plus efficace « de peser sur les décisions politiques » dans notre enquête. L’autre moitié des Français sondés se partagent entre les actions violentes (15%), les manifestations (14%), et aucun de ces moyens pour 13%.

La démocratie représentative telle qu’elle est exercée semble fatiguée et fortement contestée par une part substantielle de la population. Les Français les plus aisés et disposant du plus fort capital économique et culturels sont les plus « croyants » dans le vote. Ainsi, 79% des électeurs d’Emmanuel Macron et 72% des électeurs de Valérie Pécresse pensent qu’il est le meilleur moyen de se faire entendre quand 20 à 25% des électeurs de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon prônent l’action violente. Plus largement, ce sont les groupes qui ont le plus participé au mouvement des gilets jaunes qui sont les plus en rupture avec le vote : les groupes de gauche « rupturistes » proches de Jean-Luc Mélenchon : Multiculturalistes, Révoltés et Solidaires, ainsi que les clusters populaires proches de Marine Le Pen : les Sociaux-Patriotes, les Eurosceptiques et les Réfractaires. Enfin, il y a un clivage générationnel important : seuls 35% des 18-24 sans croient dans la force du bulletin de vote contre 65% des plus de 75 ans.

Ces chiffres sont naturellement à contextualiser : la crise ouverte par la réforme des retraites, succédant à celle des gilets jaunes en 2018 sont des éléments de nature à alimenter la déception et le ressentiment des électeurs qui étaient déjà les plus hostiles au gouvernement et au Président de la République. Toutefois, le « désenchantement démocratique » ne touche pas uniquement les franges les plus « radicales » de l’électorat : ainsi seule la moitié des clusters de la gauche modérée (Sociaux-Démocrates et Progressistes) estime que le bulletin de vote demeure le meilleur outil pour peser.

Nous avons mesuré plus précisément cette insatisfaction en demandant aux Français de noter le degré de démocratie de leur pays. Ceux-ci placent une note inférieure à la moyenne : 4,5 / 10. Des résultats qui recouvrent ici aussi un clivage puissant entre la France « qui va bien », aisée et diplômée et une France plus « populaire », pessimiste et révoltée.

Ainsi, les Centristes et les Libéraux qui sont les deux clusters les plus aisés de notre segmentation sont les plus « satisfaits » par le degré de démocratie avec une note moyenne de 7,6 et 6,3, quand les Révoltés et les Eurosceptiques, les deux clusters les plus populaires et les plus radicaux de notre segmentation sont les plus critiques avec une note moyenne de 2,4 sur 10.

Cela dénote d’une importante convergence entre déclassement économique, radicalité politique et défiance démocratique.

Enfin, 61% des Français indiquent vouloir passer à « un régime parlementaire » : ici aussi les résultats sont à interpréter dans le contexte politique du « macronisme ». La figure d’Emmanuel Macron cristallise les oppositions et est de nature à faire croître le désir d’amenuir le pouvoir présidentiel. Environ 80% électeurs de Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon sont ainsi favorables à un tel changement de régime, contre un tiers seulement des électeurs du Président de la République.

Intelligence artificielle

Sondage pour Le Point : Les Français méfiants vis-à-vis de l’intelligence artificielle

Les Français méfiants vis-à-vis de l’intelligence artificielle

Notons tout d’abord que la connaissance de l’intelligence artificielle et des générateurs de texte comme ChatGPT qui sont au cœur de l’actualité est très inéquitablement répartie.

Si deux tiers des Français interrogés disent savoir plutôt bien ou très bien de quoi il s’agit, un autre tiers déclare moins bien connaître ces nouvelles technologies.

Sans surprise, ce sont les Français les plus jeunes et les plus diplômés qui se disent les mieux informés sur l’IA. 97% des 18-24 ans connaissent l’intelligence artificielle contre seulement 51% des plus de 75 ans. Le clivage socio-économique est également probant avec 90% des Cadres et professions intellectuelles supérieures qui savent ce qu’est l’IA contre environ 60% des employés et des ouvriers.

Notre segmentation de la société en familles idéologiques se révèle également très explicative sur ce sujet. Ce sont les clusters les plus « à gauche » culturellement qui se sentent les mieux informés à propos de l’intelligence artificielle :  les Multiculturalistes, les Sociaux-Démocrates, les Progressistes, les Solidaires et les Centristes. Cela révèle probablement une meilleure intégration à la mondialisation et aux réseaux d’information de ces groupes plus diplômés que la moyenne qui vivent majoritairement dans les grandes aires urbaines. Le groupe le plus aisé et le plus diplômé de la droite, les Libéraux, dispose également d’un très bon niveau d’information sur le sujet. Ce qui suggère en effet que le capital culturel est très prédictif du rapport au progrès technique.

Si seuls 8% de Français disent que l’intelligence artificielle est un progrès pour l’humanité, c’est au sein de ces groupes sociaux et idéologiques que l’on a le plus confiance dans l’IA. 15% des Bac +5 estiment que c’est un progrès contre 5% de ceux qui n’ont pas le Bac. Ici aussi, on est légèrement plus optimistes chez les plus jeunes : 11% en moyenne chez les moins de 35% contre 4% chez les plus de 75 ans.

Mais ce qui fait consensus au sein de la population c’est une forme de « pragmatisme » ou de réalisme à propos du progrès. La moitié des Français interrogés estiment ainsi que le développement de l’intelligence artificielle constitue à la fois un progrès et un danger pour l’humanité. Presque 30% estiment tout de même que c’est un danger pour l’humanité. C’est particulièrement le cas des groupes populaires et « anti-système » qu’on retrouve dans nos familles Réfractaires, Eurosceptiques, Sociaux-Patriotes, Anti-Assistanat, et qui constituent une part importante du vote Le Pen et Dupont-Aignan.

Pour autant, c’est plutôt la méfiance qui semble l’emporter sur la défiance dans la population.

En témoigne, le souhait de voir ces technologies régulées par 4 Français sur 5. 8% des sondés souhaitent carrément empêcher son développement et 6% se montrent en faveur d’une liberté totale de développement. Des scores dans la droite ligne de la tradition interventionniste et étatiste de la France.

Il faut noter, enfin, que les Français sont dubitatifs sur la capacité de la France à être au premier rang dans la course à l’innovation : seuls 29% des sondés disent avoir confiance en leur pays pour devenir un leader dans le domaine des nouvelles technologies, et ils ne sont même que 2% à avoir « très confiance ». L’IA et les nouvelles technologies sont des révélateurs parmi d’autres d’un certain déclinisme ambiant et d’une perte de confiance dans les capacités de la France à être une nation innovante à la pointe du progrès technologique. Sur cet aspect, ce sont les électeurs du Président de la République qui se montrent les moins pessimistes, ce qui est tout à fait cohérent avec leur positionnement idéologique en faveur de la « start up nation », de la croissance économique, de l’innovation, de la liberté d’entreprendre, etc.

En somme, ces questions comme bien d’autres ne sont qu’un énième révélateur de la fracture qui oppose aujourd’hui une France élitaire et optimiste à une France populaire, réfractaire et bien plus pessimiste sur son avenir et celui du pays.

Cluster17 sur le podium des meilleurs instituts aux élections françaises et italiennes 2022

Fondé en décembre 2021, Cluster17 a produit des sondages d’intention de vote en France pour l’élection présidentielle et les législatives tout au long de l’année 2022 ainsi qu’en Italie dans le cadre des élections générales. L’institut s’est démarqué par la qualité de ses résultats.

  • 2eme meilleur institut français sur la présidentielle 2022 selon DataPolitics

Le site d’expertise politique Datapolitics a classé Cluster17 sur la 2eme marche du podium des instituts de sondage concernant la qualité de ses estimations lors de l’élection présidentielle.

https://datapolitics.fr/presidentielle-retour-sur-la-performance-des-differents-sondeurs/

  • Une des meilleures estimations en sièges aux législatives 2022

Dans le cadre des élections législatives, Cluster17 a publié son estimation de la répartition des sièges dans l’hémicycle à l’issue du 1er tour :

  • Sur le podium des élections générales italiennes 2022

Estimations des principaux instituts en septembre :

Résultats finaux :

Trouver mon Cluster