Sondages

Sondage élections législatives anticipées Cluster17 pour Le Point: Renaissance loin derrière le Front Populaire et le Rassemblement National

Renaissance loin derrière le Front Populaire et le Rassemblement National

Notre premier sondage d’intentions de vote pour ces élections législatives anticipées laisse apparaître un paysage politique fortement bouleversé et un risque de blocage important, aucun groupe n’étant en mesure d’obtenir une majorité à l’Assemblée Nationale.

La majorité présidentielle ne récolterait en effet que 18% des voix au 1er tour, loin derrière le Front Populaire, 28,5% et le Rassemblement National qui obtiendrait 29,5% des voix sur sa lancée des européennes.

Renaissance et leurs alliés ont vu leur socle électoral s’éroder fortement depuis 2022. Ils n’obtiendraient qu’entre 70 et 100 sièges selon notre étude. En cause : des déperditions d’électeurs sur sa gauche comme sur sa droite. L’électorat de la majorité s’est largement rétracté sur son centre, si bien que le RN et la gauche au sens large sont en passe de devenir les espaces politiques principaux. Les possibilités de victoire du Rassemblement National participent en outre à une polarisation qui bénéficie au Nouveau Front Populaire.

Toutefois, par rapport à l’élection européenne, la majorité présidentielle progresse légèrement, notamment parce que certains électeurs de centre-gauche sont opposés à l’alliance du Front Populaire qu’ils estiment comme penchant trop à gauche. C’est le seul espace politique qui semble accessible à la majorité présidentielle dans cette campagne.

A droite, en effet, le Rassemblement National fait une « razzia », récupérant 43% des électeurs d’Eric Zemmour et 24% des électeurs de Valérie Pécresse. Le RN serait en passe de devenir le premier groupe à l’Assemblée, obtenant une majorité relative, entre 195 et 245 sièges.

Le Nouveau Front Populaire fait quasiment le plein des voix de gauche, à l’exception des plus modérés qui demeurent fidèles ou qui retournent vers la majorité présidentielle. Son score élevé au niveau global au 1er tour lui permettrait d’accéder dans de nombreuses circonscriptions au 2nd tour. La gauche obtiendrait dans ce contexte entre 190 et 235 sièges.

La situation de crise chez les Républicains menace très fortement leur présence à l’Assemblée Nationale. Testés à 7% des intentions de vote, ils ne seraient en passe d’obtenir que 25 à 35 sièges à l’Assemblée, divisant leur présence quasiment par deux.

Sondage élections européennes Cluster17 pour Le Point: Le Rassemblement National plus haut que jamais

Le Rassemblement National plus haut que jamais

A quelques heures du vote, notre dernier sondage pour Le Point révèle les ultimes évolutions de fin de campagne. Le Rassemblement National est plus haut que jamais, avec 31% d’intentions de vote (+1), il devance très largement la liste Renaissance qui continue de dévisser, à 15% (-0,5).
Le RN atteint des sommets dans certaines catégories : 39% chez les 50-64 ans, 46% chez les ouvriers, 44% chez les non diplômés… Il devance les autres listes dans l’ensemble des catégories socio-démographiques, hormis chez les 18-24 ans.

Le socle de Renaissance s’est lui nettement restreint sur son noyau dur composé principalement de retraités aisés.
La liste PS / Place Publique régresse à 13% (-0,5). Les deux dernières semaines de campagne ont montré un coup d’arrêt assez sérieux dans la dynamique qui avait conduit Raphaël Glucksmann jusqu’à 14% des intentions de vote. Le PS performe essentiellement dans les catégories supérieures et dans le cœur de la gauche modérée.

La France Insoumise progresse quant à elle à 9% des intentions de vote (+1). La progression se fait au sein du socle électoral de Jean-Luc Mélenchon. Toutefois, seuls 45% des électeurs insoumis de 2022 se disent prêts à revoter LFI dimanche quand à titre de comparaison, 88% des électeurs de Marine Le Pen disent voter pour la liste RN.
A droite, Les Républicains sont stables, à 7%. La fin de campagne a plutôt été positive pour François-Xavier Bellamy qui a su se distinguer et progresser nettement en notoriété. Reconquête est en légère baisse à 5,5% (-0,5). L’hégémonie du RN à droite de la droite ne laisse que peu d’espace à la liste conduite par Marion Maréchal.

Le taux de Français sondés se disant certains d’aller voter progressent sensiblement en cette fin de campagne. 52,5% des interrogés se disent sûrs de se rendre à leur bureau de vote dimanche (+4,5).

Baromètre des personnalités de juin 2024 : La campagne européenne booste Bellamy et Glucksmann

La campagne européenne booste Bellamy et Glucksmann

A quelques jours des élections européennes, notre baromètre des personnalités pour Le Point met en lumière la popularité nouvelle de François-Xavier Bellamy. La tête de liste des Républicains réalise la progression la plus importante ce mois-ci avec 24% de popularité (+9). Il s’immisce ainsi dans le Top 10 et est désormais assez largement la personnalité la plus soutenue de cet espace politique. Toutefois, les Français ressentent avant tout de la sympathie à son égard. Ils sont en effet seulement 5% à déclarer soutenir ses idées. Ce qui laisse présager peu d’effets sur le score final des Républicains aux élections européennes.

Alors que Les Républicains avaient du mal à placer une personnalité dans les hauteurs du classement, y compris dans le cœur de leur électorat, François-Xavier Bellamy est désormais la 3eme personnalité préférée des électeurs se positionnant « plutôt à droite » derrière Edouard Philippe et Gabriel Attal, avec 45% de bonnes opinions. Il gagne également 18 points de popularité chez les électeurs « à droite » se classant 4eme personnalité la plus soutenue derrière Marine Le Pen, Jordan Bardella et Marion Maréchal.

Signe peut-être que « l’ancien monde », représenté par les LR et le PS, n’est pas tout à fait mort, Raphaël Glucksmann est lui aussi boosté par sa campagne européenne. La tête de liste PS / Place Publique gagne 4 points de popularité, notamment chez les électeurs à gauche et « plutôt à gauche ». Tandis qu’il recule de 10 points chez les électeurs « très à gauche », démontrant combien il est difficile aujourd’hui de séduire toutes les nuances d’électeurs de gauche.

Les progressions de François-Xavier Bellamy et de Raphaël Glucksmann ne suffisent toutefois pas à masquer l’insolente popularité de Marine Le Pen et Jordan Bardella qui restent en tête du classement. La leader du RN et son « dauphin » recueillent respectivement 36% et 33% de popularité dont % de soutien politique pour Marine Le Pen, un score très largement supérieur à leurs concurrents.

Le jugement des Français sur l’action de l’exécutif est parfaitement stable avec une note moyenne de 3/10 pour Emmanuel Macron et de 3,6/10 pour le Premier Ministre, Gabriel Attal. Ce dernier demeure la personnalité politique la plus populaire de l’espace « macroniste » avec 31% de bonnes opinions, à égalité avec Edouard Philippe qu’il devance toutefois assez largement dans l’électorat du Président de la République.

Sondage Cluster17 / RTL Belgique : A quoi ressemblera le paysage politique belge après les élections de dimanche 9 juin ?

Sondage Cluster17 / RTL Belgique : A quoi ressemblera le paysage politique belge après les élections de dimanche 9 juin ?

Un récent sondage réalisé par Cluster 17 en partenariat avec RTL Belgique révèle que le Parlement belge risque d’être très fragmenté à l’issue des élections fédérales de dimanche prochain. En Wallonie, avec 23,9 % des intentions de vote, le PS arrive juste devant le MR (23%). La concurrence pour la 1ère place reste ouverte. Alors que les dynamiques pour Les Engagés (17.9%) et le PTB (16%) se confirment, le score des Ecolos s’effondre à 8%.

A Bruxelles, le MR arrive en tête de notre sondage avec 22,9 % des intentions de vote, devant le PTB (19.8%) et le PS (15%). Perdant 10 points par rapport à 2019, le score des Ecolos n’affiche que 11.6% d’intentions de vote dans la Capitale.

Enfin, la Flandre semble donner un net avantage pour le Vlaams Belang avec 27.2% . Le parti nationaliste progresse de près de 9 points par rapport à 2019 et devance nettement le N-VA en recul à 19.6%.

Vooruit (ex-S.pa) arrive troisième avec 13% , suivi de CD&V (12%), du PVDA-PTB (9.3%) et Open VLD (9.2%). Les Ecologistes ne réalisent que 6.9% d’intentions de vote dans notre sondage.

Sondage élections européennes Cluster17 pour Le Point: Le Rassemblement National progresse, Renaissance patine

Le Rassemblement National progresse, Renaissance patine

La liste de Jordan Bardella atteint pour la première fois la barre des 30% dans notre vague d’intentions de vote cette semaine. A moins de 10 jours du scrutin, le RN semble promis à la victoire avec une avance plus que confortable.

En effet, la liste Renaissance n’engrange pas sur les séquences médiatiques de la semaine et perd même 0,5 point avec une estimation à 15,5%. Valérie Hayer est en difficulté dans cette campagne. C’est ce que montre également notre étude. Seuls 3% des sondés estiment qu’elle réalise la meilleure campagne, loin derrière Jordan Bardella (32%) ou son concurrent socialiste Raphaël Glucksmann (13%).

Probablement mal identifiée, elle peine à faire entendre une voix singulière dans cette campagne. 8% des sondés considèrent qu’elle est la tête de liste qui représente le mieux leurs idées. Jordan Bardella arrive ici aussi en tête avec 22% de citation.

Alors que la liste PS / Place Publique conduite par Raphaël Glucksmann était en dynamique depuis plusieurs semaines, celle-ci semble s’estomper. Le Parti Socialiste perd lui aussi 0,5 point et se trouve toujours à 2 points de Renaissance avec 13,5% des intentions de vote.

La France Insoumise demeure confortablement installée à la 4eme place avec 8% des intentions de vote. Son socle semble solide au sein d’une gauche radicale en demande de rupture.

A l’inverse, pas de sursaut pour la liste Ecologiste. Avec 5% d’intentions de vote, les Verts sont plus que jamais menacés de disparition au sein du Parlement Européen.

A droite, la campagne de François-Xavier Bellamy semble fonctionner. Les Républicains engrangent 0,5 point cette semaine. Avec 7% des intentions de vote, ils devancent Reconquête, stable avec 6% des voix. Les LR parviennent à reconstituer tant bien que mal leur noyau dur électoral. Alors qu’en début de campagne, le vote Pécresse 2022 se dispersait largement entre Renaissance, le RN et Reconquête, les électeurs semblent se tourner à nouveau vers la tête de liste LR, bien qu’ils demeurent 26% à vouloir voter pour le RN.

Sondage élections européennes Cluster17 pour Le Point: Renaissance stoppe sa mauvaise dynamique, le Rassemblement National recule légèrement

Renaissance stoppe sa mauvaise dynamique,le
Rassemblement National recule légèrement

Notre nouvelle vague d’intentions de vote européennes pour Le Point montre un léger infléchissement des courbes. Pour la première fois depuis presque un mois, la liste de la majorité présidentielle reprend (très peu) de terrain au
Rassemblement National. Avec 16% des intentions de vote (+0,5), Valérie Hayer demeure très loin de Jordan Bardella qui conduit la liste RN, testée à 29% des intentions de vote cette semaine (-0,5).
Cette légère progression permet toutefois à la liste Renaissance de maintenir à distance la liste socialiste conduite par Raphaël Glucksmann, qui demeure stable, à 14%.

A gauche, la liste insoumise reste également stable à 8%, quand la liste écologiste continue sa chute. Pour la première fois, les Ecologistes atteignent le seuil fatidique de 5% d’intentions de vote (-0,5).

A droite, Les Républicains reprennent également un peu d’oxygène par rapport au seuil des 5%. Avec 6,5%, ils progressent de 0,5%, observant une progression au sein de leur noyau dur électoral. Ils récupèrent 60% des électeurs de Valérie Pécresse du 1er tour et semblent même inverser le rapport de force vis-à-vis de la liste Reconquête qui stagne à 6% des intentions de vote.
Prudence toutefois, les potentiels électeurs LR font partie des moins sûrs de leurs choix. Alors que le taux de certitude progresse cette semaine à 70%, laissant entrevoir un début de cristallisation, seuls 52% des potentiels électeurs
Républicains sont sûrs d’eux. La situation est encore plus inquiétante pour les Ecologistes, avec 40% de leurs potentiels électeurs qui se disent certains de leur choix. Les électeurs RN sont à l’inverse ceux qui sont le plus sûrs d’eux avec 84% qui affirment être certains de voter pour la liste de Jordan Bardella le 9 juin

Du FN xénophobe au RN normalisé ?

Alors que le Rassemblement National caracole en tête des intentions de vote, à un niveau record, nous avons souhaité comprendre les évolutions de perception entre le FN jadis dirigé par Jean-Marie Le Pen, transformé en RN par sa fille Marine.

Si la dédiabolisation semble évidemment avoir porté ses fruits, la marge de progression du RN demeure élevée en termes d’image, notamment dans une logique de scrutin majoritaire.

Ainsi, si 84% des sondés estiment que le FN de Jean-Marie Le Pen était un parti « raciste », ils ne sont plus que 50% à penser la même chose du parti refondé par Marine Le Pen.

C’est principalement au sein de l’électorat de droite et chez les peu diplômés que la progression est la plus spectaculaire.

Dans les clusters qui formaient le coeur de l’électorat UMP comme les Libéraux, les Anti-Assistanat ou les Conservateurs, le différentiel est de plus de 50%.

Toutefois, le RN demeure perçu comme « raciste » par près d’un électeur sur cinq au sein de ces groupes. Chez les électeurs de gauche et chez les électeurs modérés du centre, la dédiabolisation est perceptible mais elle est beaucoup moins nette.

En somme, ces résultats expliquent en grande partie la progression du RN dans les groupes historiques de la Droite. C’est sur cette cible électorale que la dédiabolisation a le mieux fonctionné. Seuls 10% des électeurs se positionnant à droite classent d’ailleurs le RN comme un parti « très à droite ».

Débarrassé de son image polémique de parti « extrémiste », le Rassemblement National s’est imposé logiquement comme le parti central de la droite française, expliquant aujourd’hui son statut de grand favori des élections européennes.

Sondage Cluster17 / Il Fatto Quotidiano : Malgré un léger recul, Fratelli d’Italia toujours en tête des intentions de vote pour les prochaines élections européennes

Sondage Cluster17 / Il Fatto Quotidiano : Malgré un léger recul, Fratelli d’Italia toujours en tête des intentions de vote pour les prochaines élections européennes

Article en français :

Un récent sondage réalisé par Cluster 17 en partenariat avec Il Fatto Quotidiano révèle que le parti de Giorgia Meloni est en tête pour les élections européennes, avec 26,9 % (-0.4 par rapport à notre vague de février 2024) des intentions de vote. Ce sondage place le Partido Democratico (PD) en deuxième position, avec 20,8 % (+1.5) des suffrages, suivi par le Mouvement 5 Etoiles avec 15.5 % (-0.5). En revanche, la Lega et Forza Italia arrivent loin derrière, avec respectivement 8,7 % et 8,2 %.

Ces données semblent indiquer que les rapports de force issus des élections politiques de septembre 2022 sont restés assez stables.

Par ailleurs, seuls 49% des Italiens se disent certains (note 10/10) de participer au scrutin européen.

Si 68% des italiens sont sûrs de leur choix de vote, ce chiffre est plus élevé parmi les électeurs de la Lega (89%) et de Fratelli d’Italia (76%) que parmi les électeurs du M5S (61%) , de Forza Italia (67%) ou du PD (69%).

Enfin , seuls 41% des Italiens pensent qu’il est important de savoir qui gagnera cette élection, contre 59% qui pensent que les choses resteront les mêmes pour eux quel que soit le vainqueur des européennes.

Là aussi, les électeurs de la Lega (73%) et de Fratelli d’Italia (66%) sont ceux qui accordent le plus d’importance à ce scrutin alors qu’ils ne sont que 44% du côté de l’électorat M5S, 44% pour Forza Italia et 64% pour les électeurs du PD.

 

Articolo in italiano:

Nonostante un leggero calo, Fratelli d’Italia è ancora in testa nelle intenzioni di voto per le prossime elezioni europee

Un recente sondaggio condotto da Cluster 17 in collaborazione con Il Fatto Quotidiano rivela che il partito di Giorgia Meloni è in testa alle elezioni europee, con il 26,9% (-0,4 rispetto alla nostra wave di febbraio 2024) delle intenzioni di voto. Il sondaggio colloca al secondo posto il Partito Democratico (PD), con il 20,8% (+1,5) dei voti, seguito dal Movimento 5 Stelle con il 15,5% (-0,5). D’altra parte, la Lega e Forza Italia sono molto indietro, rispettivamente con l’8,7% e l’8,2%.

Questi dati suggeriscono che l’equilibrio di potere nelle elezioni del settembre 2022 è rimasto abbastanza stabile.

Inoltre, solo il 49% degli italiani si dichiara sicuro (voto 10/10) di partecipare alle elezioni europee.

Mentre il 68% degli italiani è sicuro della propria scelta di voto, questo dato è più alto tra gli elettori della Lega (89%) e di Fratelli d’Italia (76%) che tra quelli del M5S (61%), di Forza Italia (67%) o del PD (69%).

Infine, solo il 41% degli italiani ritiene importante sapere chi vincerà queste elezioni, rispetto al 59% che pensa che per loro le cose rimarranno invariate indipendentemente da chi vincerà le elezioni europee.

Anche in questo caso, gli elettori di Lega (73%) e Fratelli d’Italia (66%) attribuiscono la massima importanza a queste elezioni, rispetto al 44% degli elettori del M5S, al 44% degli elettori di Forza Italia e al 64% degli elettori del PD.

Sondage élections européennes Cluster17 pour Le Point: La liste PS / Place Publique se rapproche de la liste Renaissance

La liste PS / Place Publique se rapproche de la liste Renaissance

L’écart n’a jamais été aussi resserré entre la liste portée par Raphaël Glucksmann et celle conduite par Valérie Hayer. Tandis que le Rassemblement National reste stable et largement en tête avec 29,5% d’intentions de vote, la liste socialiste progresse d’un point, à 14%, juste derrière la liste Renaissance, testée à 15,5% (=). La liste de la majorité présidentielle est particulièrement stable, de même que celle du RN, puisqu’elles obtiennent chacune le même score depuis près de trois semaines.

La liste PS/Place Publique est quant à elle la seule à connaître une progression constante depuis le mois de janvier. Elle a en effet pris 4 points, principalement au détriment des Ecologistes, qui dans le même intervalle de temps ont reculé de 2,5 points, de même que Renaissance, qui a également perdu 2,5 points depuis janvier. La liste de Raphaël Glucksmann puise au sein d’un électorat traditionnel du centre-gauche, historiquement attelé aux candidatures socialistes avant 2017. Un électorat diplômé, modéré, pro-européen, disposant d’un capital culturel et économique plus élevé que la moyenne. Le positionnement et l’image de Raphaël Glucksmann trouvent un écho au sein de cet électorat qui peut percevoir chez les Ecologistes une forme de « déconnexion » et chez Renaissance, une forme de « droitisation ». C’est dans cet espace laissé libre par les Verts et la majorité présidentielle que le PS est parvenu jusqu’ici à s’infiltrer pour se hisser quasiment à égalité avec la liste Renaissance.

Derrière, les équilibres restent stables. La liste de La France Insoumise recule légèrement, à 8% (-0,5) mais consolide sa 4eme place puisque LR perd également 0,5 point, reculant à 6% d’intentions de vote, à égalité avec Reconquête. Tandis que les Ecologistes, testés à 5,5% (-0,5) flirtent plus que jamais avec le seuil critique des 5%.

 

Un tiers des Français pensent qu’il y a deux tours de scrutin

Par ailleurs, l’élection européenne semble connaitre un léger regain de participation : 48% des électeurs se disent certains d’aller voter (+1). Pour autant, cette élection demeure mal connue et les règles du scrutin mal identifiées par les électeurs. Si 70% des sondés parviennent à citer correctement le date du 1er tour, ils sont 36% à penser qu’il y a un 2nd tour. Un facteur déterminant dans la mesure où le scrutin proportionnel à un tour permet, normalement, d’atténuer les effets de « vote utile », plus fréquents dans le cas du scrutin majoritaire à deux tours.

 

Une défiance sans rupture vis-à-vis de l’Union Européenne

La défiance des citoyens français à l’égard des institutions européennes reste élevée. 51% des sondés sont pour un changement radical du fonctionnement de l’UE, 26% estiment qu’il faut des changements « légers », tandis que 13% sont pour quitter l’Union Européenne sine die. Enfin, 3% seulement des sondés sont pour poursuivre avec le fonctionnement actuel.

L’hostilité à l’UE est plus élevée chez les électeurs de Marine Le Pen et d’Eric Zemmour. Leurs électeurs partagent des positionnements très proches sur l’UE, puisque respectivement 65% et 67% d’entre eux sont pour des réformes radicales, et 21% et 25% sont favorables au Frexit. Ce sont de loin, les électeurs les plus contestataires.

Cette défiance s’explique en partie, selon les chiffres de notre étude, par la perception que la France est perdante dans le « jeu » européen : 45% des sondés estiment que l’UE coûte plus à la France qu’elle ne lui rapporte, 18% estiment à l’inverse que l’UE rapporte davantage à la France qu’elle ne lui coûte.

Toutefois, le Frexit demeure largement minoritaire puisque lorsque l’on pose la question au format referendum, 26% des sondés souhaitent que la France sorte de l’UE, quand 74% souhaitent qu’elle reste.

Sondage élections européennes Cluster17 pour Le Point: Le Rassemblement National maintient son avance

Le Rassemblement National maintient son avance

Les intentions de vote pour les élections européennes restent stables par rapport à notre dernière enquête du 4 mai.
Aucune dynamique n’est à signaler ; la liste du Rassemblement National continue de faire la course en tête, avec 29,5% d’intentions de vote, loin devant Renaissance, stable à 15,5%. La liste conduite par Jordan Bardella puise dans tous les électorats pour élargir son socle : 37% des électeurs d’Eric Zemmour disent vouloir voter pour le RN aux européennes, mais également 17% des électeurs de Valérie Pécresse ainsi que 10% des électeurs d’Emmanuel Macron.

C’est notamment dans l’électorat retraité que le RN progresse fortement puisqu’il est aujourd’hui assez nettement en tête chez les plus de 65 ans.
La liste PS / Place Publique conduite par Raphaël Glucksmann est stable également, avec 13% d’intentions de vote, consolidant sa 3eme place, au détriment notamment des Ecologistes qui demeurent quant à eux à 6% d’intentions de vote. Et pour cause : un électeur sur deux de Yannick Jadot en 2022 déclare vouloir voter cette fois-ci pour la liste PS.

La France Insoumise est en légère progression, à 8,5% (+0,5) et consolide également sa 4eme place. Son noyau dur électoral semble particulièrement bien mobilisé puisque 75% des électeurs LFI se disent sûrs de leur choix. Prudence
toutefois, l’électorat insoumis étant également un des plus sujets à l’abstention du fait de sa moyenne d’âge et de la composante populaire de son électorat.

Les Républicains retrouvent un peu d’oxygène avec une légère hausse de 0,5%, qui leur permet de dépasser Reconquête, et de s’éloigner, avec un score estimé à 6,5%, du seuil critique des 5%.

 

La sécurité et l’immigration au cœur des motivations de l’électorat de droite

 

A un mois des élections européennes, nous avons tenté de cerner les motivations des électeurs. La question ne repose pas tant sur leurs préoccupations premières, dont on sait que le pouvoir d’achat arrive régulièrement en tête mais sur leurs motivations premières : quel sujet comptera le plus pour eux au moment de voter ? Le moins que l’on puisse dire est que la question européenne semble secondaire dans l’orientation du choix des sondés.
En effet, c’est la sécurité qui arrive en tête des motivations pour 26% des électeurs. Et c’est au sein de l’électorat RN que cette préoccupation est la plus décisive dans le vote, avec 47% de citations.

Toutefois, cette préoccupation est assez transversale. Elle est citée par 32% des Révoltés, un cluster rupturiste qui a voté à plus de 70% pour Jean-Luc Mélenchon en 2022 mais également par 29% des Sociaux-Républicains, un cluster du centre «mou », peu enclin à la radicalité.

La deuxième motivation des sondés est l’immigration, citée par 15% des sondés. Une préoccupation plus ancrée à droite que la sécurité. C’est ainsi la motivation première de 60% des électeurs Reconquête mais également la motivation première de l’électorat LR, à 36%. C’est aussi la motivation première de 28% des électeurs RN. Ces résultats démontrent à quel point, l’électorat des droites, est aujourd’hui sensible à cette question, et par là même, est en concurrence pour séduire un électorat qui partage les mêmes préoccupations.

Dans le même temps, les autres électorats : PS, LFI, Renaissance et Ecologistes ne citent jamais l’immigration comme étant une motivation de leur vote.

 

La question européenne au coeur des motivations de l’électorat de centre-gauche

Pour l’électorat Renaissance, c’est la construction européenne et la guerre en Ukraine qui constituent les principales motivations du vote de leurs électeurs, cités respectivement par 31% et 15% d’entre eux.

Des préoccupations assez proches de l’électorat PS : 25% d’entre eux citent ainsi la construction européenne comme motivation première de leur vote.
La motivation principale des électeurs insoumis est la lutte contre les inégalités sociales, citée par 28% des sondés souhaitant voter pour la liste de Manon Aubry. La préoccupation sociale semble centrale au sein de l’électorat insoumis.

C’est moins le cas chez les Ecologistes et chez les électeurs socialistes, davantage motivés par la question climatique ou par le sujet de l’élection, c’est-à-dire la question européenne et la guerre en Ukraine, véritables préoccupations de ces électeurs de gauche « modérée ».
Notons que le conflit au Proche-Orient, qui est au coeur de l’attention médiatique durant cette campagne, n’est citée que par 2% des sondés comme étant leur principale motivation électorale. Il n’y a qu’au sein du cluster des Multiculturalistes que cette question semble relativement importante, citée par 12% d’entre eux comme étant leur principale
préoccupation, loin derrière les inégalités sociales ou l’écologie.

 

Les européennes : un vote sanction pour un électeur
macroniste sur cinq

 

Une partie des difficultés de la liste conduite par Valérie Hayer pour Renaissance dans cette campagne peut s’expliquer par le regard critique porté d’une partie importante de l’électorat à l’égard du bilan d’Emmanuel Macron.

Ainsi, 48% des électeurs disent vouloir exprimer leur opposition au Président et à son gouvernement par ce vote aux européennes. 8% vont utiliser leur bulletin pour manifester à l’inverse leur soutien au gouvernement. Tandis que 44% des sondés indiquent que leur vote ne servira pas à manifester un soutien ou une opposition au Président et à son
gouvernement.

Pour expliquer le faible score de Renaissance, il convient de souligner que 21% des électeurs d’Emmanuel Macron en 2022 souhaitent utiliser leur bulletin pour manifester leur opposition à l’action du gouvernement. La réforme des retraites, tout comme la loi immigration ont crispé une partie de l’électorat « macroniste », notamment parmi les clusters de centre-gauche.

C’est ce décalage entre l’offre politique du second quinquennat et la demande d’une partie de l’électorat qui explique que 46% des « Sociaux-Démocrates » et 40% des « Progressistes » souhaitent exprimer un « vote sanction » à l’égard du Président et de son gouvernement, quand bien même, ceux-ci avaient voté à presque 50% pour Emmanuel
Macron il y a deux ans.

Encuesta Cluster17 sobre las elecctiones autonomicas catalanas por Agenda Publica: Salvador Illa superaría los resultados que llevaron al PSC a gobernar la Generalitat mientras el independentismo dependería de AliançaCatalana

Salvador Illa superaría los resultados que llevaron al PSC a gobernar la Generalitat mientras el independentismo dependería de AliançaCatalana

 

Nuestro estudio, realizado entre el 3 y el 4 de mayo, revela una serie de dinámicas para esta recta final de la campaña electoral en Cataluña.

En primer lugar, la campaña del PSC parece estar funcionando. No solo es aclamada como la mejor campaña por el 17 % de los votantes, muy por delante de Junts, cuya campaña es percibida como la mejor por el 9 % de los votantes, sino que el PSC ha aumentado en intenciones de voto en 1,7 puntos desde nuestro último sondeo. Este aumento se enmarca en una dinámica de voto útil y se produce en detrimento de otras fuerzas de izquierda, tanto independentistas como no independentistas: ERC, la CUP y Sumar.

De hecho, ERC ha bajado 0,3 puntos, al 16,1 %, un resultado que sería decepcionante para la formación del presidente de la Generalitat si se confirmase el próximo domingo. La CUP ha bajado 0,8 puntos, al 3,9 % y se acerca al umbral del 3 %. Sumar, finalmente, ha retrocedido 0,3 y ha caído al 5,7 %.

Estas elecciones anticipan un claro retroceso de los partidos independentistas tradicionales que, según nuestras estimaciones, obtendrían entre 57 y 66 escaños sin AC, menos que los 68 necesarios para alcanzar una mayoría absoluta.

Junts, la formación de Carles Puidgemont que domina el campo independentista desde un punto de vista electoral, obtendría un 21,2 % (-0,2), insuficiente para compensar las pérdidas de sus aliados potenciales.

Entre los independentistas, la sorpresa podría venir de la extrema derecha de Aliança Catalana, que ha avanzado significativamente +1,1 puntos, ahora al 3,8 % y que podría hacer su entrada en el Parlamento regional con 2 a 5 diputados. La aparición de esta fuerza en el Parlamento catalán podría convertirse en un verdadero problema para el campo independentista. Parece casi imposible imaginar una alianza que vaya de la CUP a Aliança Catalana. Además, AC complicaría más la formación futura de coaliciones independentistas mayoritarias en el Parlamento catalán.

A la derecha, Vox se mantendría estable y el PP retrocedería ligeramente 0,3 puntos en comparación con nuestro estudio anterior.

Por lo tanto, parece que la única coalición posible sería entre el PSC, ERC y potencialmente Comuns-Sumar para obtener una mayoría estable de 68 escaños.

Trouver mon Cluster